mercredi 23 janvier 2013

Jean Tardy, mort en Espagne


Il suffit que je trouve un ancêtre étranger pour que je tombe sur l'acte de décès d'un membre de ma famille en Espagne. Nous sommes en 1814, l'acte date de 1810, il a mis quatre ans à passer de l'Espagne où Napoléon fait la guerre, à Langon dans le Loir-et-Cher ! Jean Tardy est le fils de François Tardy, tisserand en toile, et de Jeanne Ardouin. C'est le frère de Véronique Tardy, mon ancêtre. Comme beaucoup de Français, il a dû avoir peu de chance au tirage au sort et s'est retrouvé dans la Grande Armée.

(source : Archives Départementales du Loir-et-Cher - 5MI110/R2 p. 406)

Extrait mortuaire
Commune de Palencia
hopital de Sanbarnabé
Du Régistre des decés du dit hopital a été extrait ce qui suit. Le sieur Tardy jean fusilier a la deuxieme compagnie du troisieme bataillon du vingt-huitième Regiment de ligne Natif de Langon au Départément de Loir et Cher agé de vingt deux ans est entré audit hopital le Douze Du mois D'avril L'an Mil huit cent Dix et y est decédé Le vingt un du même mois D'avril Mil huit cent Dix par suite De fievres.
je soussigné, Directeur dudit hopital, certifie le present extrait veritable et conforme au Régistre Des Décés Du Dit hopital.
fait a Palencia le huit Decembre L'an mil huit cent onze.
Fratio
Nous commissaire des guerres chargé de la police de l'hopital de Palencia certifions que la signature cy Dessus est celle de M. fatio Directeur, et que foi doit y être ajoutée.
fait à palencia le Neuf Du mois de Decembre Lan Mil huit cent onze
Bernoy
 Voici donc le drapeau du 3e bataillon du 28e régiment d'infanterie de ligne sous lequel Jean Tardy combattit en Espagne.
(source : Vexillologie militaire européenne par Arnaud Bunel)
Palencia se situe en Castille et Léon au beau milieu de l'Espagne. Autant dire que Jean Tardy a effectué une sacrée route, probablement à pied la plupart du temps, pour ce rendre jusque là.
(source : Google Maps)
L'hôpital de San Bernabé a été fondé au XIIème siècle par le conseil municipal de Palencia pour aider les personnes les plus démunies de l'Eglise. Il servait probablement d'hôpital militaire pendant l'invasion napoléonienne.
(source : Ratpenat sur Panoramio)
Voici donc le dernier bâtiment qu'aura vu Jean Tardy avant de succomber à la fièvre. Lorsque nous sommes enfants, à l'école, nous apprenons l'Histoire de France. On apprends les rois, les empereurs, les guerres, en oubliant parfois que ce sont des anonymes comme ce fils de tisserand du Loir-et-Cher, qui ont contribué à ces victoires et à ces défaites en donnant leur vie, loin de chez eux, pour des guerres dont ils ne devaient pas comprendre les enjeux. Dans chaque famille, qu'elle que soit la région, la petite histoire rejoint la grande Histoire.