jeudi 28 mars 2013

Un acte de décès ... oublié

J'aime beaucoup la lecture des registres paroissiaux parce qu'ils nous font découvrir la vie du village de nos ancêtres grâce aux notes qu'y faisaient souvent les curés. Mais parfois, même dans les registres d'état civil, plus administratifs, on peut découvrir des petites anecdotes, comme cet acte de décès hors norme dans lequel prennent part de nombreux membres de ma famille. 

Nous sommes à Châteauneuf-sur-Cher, en 1811...

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1710 - p. 23)
"Aujourdhui Jeudy quinze aout, l'an mil huit cnet onze à dix heures du Matin Est Comparu françois Soulat laboureur demeurant aux logis des pluchettes Commune de Châteauneuf, veuf de Anne Cannard, depuis le quinze mai dernier, Lequel a Rapporté à nous maire de cette ditte commune, que ledit jour quinze mai dernier il avait Prié Jeanblin son oncle et son voisin de venir a la mairie nous déclarer que laditte anne Canard femme de lui comparant Etait décedée, que Jean blin s'était seulement presenté devant le marguiller de cette parroisse de Chateauneuf pour en obtenir la Permission de faire sonner et avait cru cette formalité suffisante, a defaut davoir Bien Compris ce que lui avait dit le Comparant, que ce deces n'ayant Pas Eté Constaté, comme il aurait du lêtre alepoque du quinze mai dernier, nous en avions referé à M. Leprocureur imperial autribunal civil de Première instance seant a Saint amand qui Par sa lettre du Jour d'hier nous a Repondu "que Rigoureusement Parlant il faudrait une Enquête pour constater ce deces, mais que Sil pouvait nous Etre attesté par des temoins digne de foi, il ne voyait pas dinconveniens a faire lacte" En Consequence etpour en effet nous avons fait appeler de notre office, Ledit Jean blain, agé de cinquante sept ans, le sieur mathieu dubois marguiller de cette paroisse, Jean billon sonneur et fossoyeur ; Jean Peruchon Journalier demeurant aux pluchettes françois Magny aussi Jr. françois Coutam manoeuvre, Jean Robert Journalier, les dits blin peruchon magny Coutam et Robert voisins dudit françois Soulat comparant tous de cette commune de Chateauneuf, Lesquels Etant Comparus Pardevant nous nous ont affirmé qu'ils avaient uneparfaite connaissance que la ditte anne Canard femme dudit françois Soulat etait Reelement decedée le quinze du mois de may dernier et avait Ete Enterrée le lendemain, que lesdits peruchon magny coutam et Robert, avaient porte le corps au cimetiere, le S. dubois attestant avoir donné le permis de sonner, Jean billon, avoir fait lafosse et l'enterrement, et ledit blin, avoir oublie de venir a la mairie faire la declaration du dit décès, dont le de tout ce que dessus nous avons fait Et Redigé le present acte de deces en presence des dits Comparans qui ont declaré ne savoir signer dece interpellés Sauf les Sr dubois et billon qui ont signé avec nous après avoir oui la lecture du present acte."
(source : Archives départementales du Cher - 3E 1710 - p. 24)

Ces personnages sont bien connus dans mon arbre généalogique. Jean Billon est cet éphémère officier d'état civil et mien cousin qui est aussi vigneron et sacristain. Mathieu Dubois est l'adjoint au maire, dont la fille a épousé un membre de ma famille. Jean Blin, qui a oublié de déclarer le décès, est le mari d'une autre Anne Canard (a-t-elle un lien avec la défunte ?), soeur de mon ancêtre François dit Germain Canard. Un bel exemple qui montre que malgré l'état civil fraîchement installé, nos ancêtres avaient toujours pour habitude d'aller à l'église faire sonner les cloches et au cimetière, mais pas forcément à la mairie pour déclarer les décès.