mardi 23 avril 2013

Emerentienne Agathe

Pays/territoire : Romorantin-Lanthenay, France
J'ai décidé de prendre mon courage à deux mains et de retrouver la descendance de mon ancêtre Joseph Perly.

(source : Arbre familial, via Geneanet)
Les Perly sont la branche patronymique de ma grand-mère paternelle (dernière de la liste ci-dessus). Ils sont longtemps restés un grand mystère pour moi. mon arrière grand-père s'étant fâché avec le reste de la famille, et son propre père Joseph ayant émigré à Tours, nous ne savions pas exactement d'où ils venaient. J'en ai retrouvé la trace grâce à Geneanet. Les Perly viennent de Romorantin, dans le Loir-et-Cher.

En 1764, Joseph Perly, vigneron, fils de Joseph Perly et de Gabrielle Blineau épouse Emerentienne Chançay, fille de François Chançay et de Marie Piedcou. Tous deux savent signer, ce qui démontre pour l'époque (surtout pour Emerentienne) une certaine éducation et un certain niveau de vie.

(source : Archives départementales du Loir-et-Cher)
Je ne descends pas d'Emerentienne, mais de la deuxième épouse de Joseph : Marie Madeleine Lanchet. Toujours est-il que pour mieux connaître la vie de cet ancêtre vigneron né sous le règne de Louis XV et mort sous celui de Napoléon, j'ai décidé de retrouver tous ses enfants de ses deux mariages.

Le parcours est riche en surprises ; Romorantin est une grosse ville du duché d'Orléans et les prêtres ne sont pas avares en détails concernant ce fou arrêté dans une prison pour sa sécurité et où il décède, ou encore les causes de décès de cet homme retrouvé dans une église et autopsié. On est loin des obscurs et mal tenus regitres de Dordogne.

C'est ainsi qu'en 1765, année froide et pluvieuse aux dires de Wikipédia, naît Emerentienne Agathe.


(source : Archives départementales du Loir-et-Cher - 4 E 194/26 - p. 9)
"L'an Mil Sept Cent Soixante cinq Le Cinq fevrier par nous soussigné a été Baptisée Emerentienne agathe née de ce jour du Legitime mariage de Joseph perly qui a paru devant nous et d'Emerencienne Chancay, son parrain a eté Jean Cadou Soussigné et Sa marraine gabrielle Blineau vê perly Sa grand mere qui a declaré ne Scavoir Signer de Ce Enquise Tous de cette paroisse."
A cette époque, rare sont les personnes à porter plusieurs prénoms en dehors de l'aristocratie. J'ai néanmoins remarqué que dans le Loir-et-Cher, indépendamment du milieu social, il semble être une habitude de donner plusieurs prénoms à ses enfants.

D'où viennent ces deux beaux prénoms dont le premier m'était complètement inconnu ?

D'après Wikipédia, Émérentienne était une esclave et la fille de la nourrice de sainte Agnès. Après la mort de la sainte, et convertie elle-même au christianisme, elle alla chaque jour prier sur sa tombe. Reconnue comme chrétienne, elle fut lapidée près du même tombeau et mourut en 304.

(Lapidation d'Émérentienne sur la coupe de sainte Agnès, British Museum,
 source : Johnbod, licence CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
Une bien triste histoire pour un si joli prénom. Qu'en est-il d'Agathe ?

Agathe signifie "Bon" en grec. La plus connue est sainte Agathe de Catane, vierge et martyre morte en 251. Refusant les avances de Quintien, proconsul de Sicile, elle subit de nombreuses tortures dont la plus connue consista à lui arracher les seins à l'aide de tenailles. C'est la raison pour laquelle elle est souvent représentée avec ses seins posés sur un plateau. Elle fut guérie par l'apôtre Pierre.

Elle est la patronne des nourrices, des bijoutiers et des fondeurs de cloches.

(Sainte Agathe, huile sur toile, par Francisco de Zurbarán, source : domaine public, via Wikimedia Commons)
Bien triste patronage que deux saintes martyres pour ce petit bébé qui meurt à l'âge de 18 jours seulement !