dimanche 16 juin 2013

Trouver le mariage grâce à l'acte de sépulture

On ne le dira jamais assez, les archives départementales de la Sarthe sont d'exception : tout d'abord parce qu'elles sont extrêmement bien tenues, mais encore parce que les curés indiquaient une grande quantité de détails dans les actes paroissiaux. Parlons aujourd'hui de Michel CHOPLIN.

Parenté entre Michel Choplin et mon arrière-grand-mère
(source : Arbre familial, via Geneanet)
Michel est journalier, c'est à dire qu'il vend ses bras à la journée pour cultiver les champs. Son fils Charles, notre ancêtre, a réussi à grimper les échelons de l'échelle sociale puisque contrairement à son père, il sait lire et écrire. Il est tisserand et occuper la fonction de sacriste de l'église de Piacé (dans la Sarthe).

C'est en cherchant les enfants de Charles et de sa première épouse que je suis tombé sur l'acte de décès de Michel CHOPLIN que voici :

(source : Archives départementales de la Sarthe - 1 MI 1191 R2 - p. 109)
"le premier fevrier mil sept cent soixante et seize aeté inhumé par nous curé sous signé dans le cimetiere de cette paroisse le corps de michel choplin journallier originaire de moitron decedé d hier agè de soixante quinze ans ou environ marié en cette paroisse l an mil sept cent vingt sept. la ditte inhumation faitte en presence de michel françois jacques pierre charles les choplins ses fils d urbain davoust et jeanne choplin son gendre et sa fille de pierre michel jean et louis les brebions ses neveux et de plusieurs autres parents et amis qui ont declarés ne scavoir signer fort les sous signès de ce enquis C: Choplainu davoust M Brebion L brebion touchard curé"

Fait amusant, je retrouve systématiquement les noms de famille de mon enfance dans les registres de la Sarthe. Mme Touchard était ma professeur d'histoire-géographie, j'étais au collège avec une Brebion et je retrouve aussi dans mes ancêtres des Bellanger ou Jarossay avec qui j'allais à l'école enfant...

Ce qui est extrêmement intéressant chez cet abbé Touchard, c'est qu'il indique la paroisse d'origine de Michel CHOPLIN (Moitron-sur-Sarthe), et la date de son mariage. Pour avoir traversé quelques actes dressés par ce curé, je sais que les dates qu'il fournit sont approximatives ou carrément inventées, mais je ne risquais rien à aller me balader dans les registres de Piacé vers 1727 pour y trouver l'acte de mariage de Michel CHOPLIN avec Marguerite TROCHERIE. C'est deux ans après la date indiquée, en 1729, que j'ai trouvé le fameux acte parfaitement bien écrit, même si le rédacteur semble avoir changé en cours de route car la fin de l'acte est rédigée d'une écriture plus "antique" (plus XVIème siècle).

(source : Archives départementales de la Sarthe - 1 MI 1191 R1- p. 174)
"Le 3e fevrier 1729 apres les publicaons de bans faites par trois dimanches consecutifs aux prônes de nos messes parroissiales sans qu'il se soit trouvé aucun empechement ont esté canoniquement epousés par nous curé ssigné michel fils de jacques choplin et de deffunte marie fouqué d'une part et marguerite trocherie fille de deffunt françois trocherie et de deffunte marguerite Le boul tous deux cette parroisse dautre part, Lesquels ont esté assisté scavoir Ledit michel choplin de son dit pere de Jacques et Marïe les chopelin ses frere et soeur Et lad. Margueritte trocherie aussy Ete assistée de françois Et marie les trocherie ses frere Et soeur Et de plusieurs autres de leurs parents Et amis qui ne signent enquis M Launay f Lehault"
En conclusion, il ne faut jamais négliger les actes de décès ou de sépulture, ils m'ont ici permis de retrouver l'acte de mariage. Bien sûr, tout dépend des régions, en Dordogne, j'aurai eu droit à : "Le 1er février 1776, Michel Choplin a été enterré par moi curé." Heureusement que j'ai quelques ancêtres en Sarthe !