samedi 14 septembre 2013

Ma méthode de recherches

Aujourd'hui, une belle rencontre s'est organisée du côté de l'Hôtel de Soubise entre différents généablogueurs. Étaient présents Brigitte du blog Chroniques d'antan et d'ailleurs, Marine Pommereau du blog Marine et ses ancêtres, Thierry Garrel, Anne Dardaud de Mémoire vive et Benoît Petit de Mes Racines Familiales.

(source : photo personnelle)
Une belle rencontre, donc, où nous avons partagé nos découvertes, nos terres d'origines, nos logiciels et ... notre organisation. Et puisque c'est le thème proposé par Sophie Boudarel pour le mois de septembre, je vais donc parler de ma nouvelle organisation depuis que j'utilise uniquement Geneanet.

J'ai un objectif assez vaste (mais après tout, j'ai toute la vie devant moi) qui est de retrouver chaque sosa (ancêtre direct), et pour chaque sosa l'intégralité de sa descendance jusqu'au XXème siècle. Le défaut de cette méthode, c'est qu'on remonte moins vite. En commençant ma généalogie, je suis remonté très vite très loin dans le temps, en laissant certaines branches quasiment inexplorées et certains ancêtres (les pauvres !) à l'abandon, dont je ne connaissais ni le métier, ni les dates de naissance et de décès. Avec ce nouveau système (j'y suis arrivé jusqu'à mon sosa 74), je découvre tout à fait l'univers social, amical et professionnel de mes ancêtres et je les situe beaucoup mieux dans leur époque et leur lieu d'habitation. En somme, j'ai l'impression de mieux les connaître et de mieux les comprendre.

Certes, c'est long, mais le but c'est de chercher et non de trouver. Voici donc comment je procède pour ma méthode. Pour chaque branche, je liste les patronymes de l'ancêtre dont je cherche la descendance et des hommes qui ont épousés les filles de ces ancêtres.

(source : photo personnelle)
Je descends année par année en partant du mariage de mes ancêtres point de départ et j'ajoute les noms au fur et à mesure sur ma liste. Pour l'instant, au XIXème siècle, c'est assez facile car il y a une liste alphabétique à chaque fin d'année sur les registres et je sélectionne les patronymes susceptibles d'être ceux de ma liste.

(source : photo personnel)
Rapidement, je me retrouve avec quatre ou cinq actes à vérifier pour chaque année. Pour ne pas me perdre, j'écris le patronyme et le jour et mois dans un cahier, puis je vais chercher les actes dans le registre. Une fois l'acte trouvé, qu'il corresponde ou non à mes ancêtres, je le raye de ma liste. S'il correspond, j'ajoute la personne dans mon arbre et je la lie systématiquement avec une copie de l'acte sur Geneanet.

(source : arbre familial, via Geneanet)
Mon ancêtre Bernard SAINT-YRIEIX, par exemple, a ainsi ses 3 actes de mariage rattachés à sa fiche dans mon arbre généalogique. Mais pour chacune de ses épouses (dont 2 ne sont forcément pas mon ancêtre), j'ai retrouvé leur acte de naissance (rattaché à leur fiche sur Geneanet au cas où un autre généalogiste chercherait ce même acte) ainsi que les actes de décès de ses parents le cas échéant.

Pourquoi ? Parce que dans les actes de mariages, les dates et lieux de naissances ou décès rapportés sont parfois faux, mais recopiés des dizaines de fois sur Geneanet. Avec mon système, chaque personne qui se trouve dans mon arbre est parfaitement sourcée, son existence prouvée, les actes consultables. Le but étant d'avoir la généalogie la plus fiable possible et d'éviter les erreurs.

On pourrait penser que faire la généalogie descendante ne sert à rien. Je trouve au contraire que je connais beaucoup mieux mes ancêtres en travaillant sur leurs cousins, oncles et tantes. Par ailleurs, certains "cousins généalogiques" descendants de ces branches parallèles seront peut-être très heureux de pouvoir s'aider de mes trouvailles pour compléter leurs recherches. Et vous, quelle est votre méthode ? Et qu'est-ce qui vous intéresse dans les recherches généalogiques ?