mercredi 9 octobre 2013

Antoine Pierre Joseph CHAPELLE de JUMILHAC écrit à l'Impératrice Joséphine

J'ai toujours l'habitude de vérifier dans les registres les actes dès que j'ai une date et un lieu précis dans un nobiliaire. Pour l'instant, je fait toujours mouche, ce qui montre le sérieux de ces historiens et généalogistes d'autrefois qui ont compulsé les généalogies des grandes familles françaises dans ces livres. Ainsi, m'occupant en ce moment de la famille CHAPELLE de JUMILHAC, je suis tombé sur l'acte de décès de mon cousin : Antoine Pierre Joseph CHAPELLE, marquis de Jumilhac, à Lille ! Que venait-il faire dans le Nord, lui qui venait de Dordogne ? Mystère...

En tout cas, c'était un militaire, et bardé de médailles. Son acte de décès prends deux fois la place normalement prévue tant il y avait à écrire. En voici le détail, illustré pour plus de confort.


(source : Archives départementales du Nord - 5 MI 044 R 281 - p. 768)
"L'an mil huit cent vingt-six le Vingt février dix heures du matin pardevant nous Charles henri Quecy Adjoint au Maire de Lille, faisant les fonctions d'officier de l'état civil, Sont Comparus Messieurs Jean Joseph Morizot De Marzy âgé de Cinquante trois ans Colonel, Chef d'Etat Major de la Seizième Division Militaire et Alphonse De Burgat, Capitaine aide de Camp âgé de Trente sept ans, Tous eux domiciliès en cette Ville amis du Défunt, les quels nous ont déclaré que Monsieur Antoine Pierre Joseph De Chapelle Marquis De Jumilhac..."
Armes des Marquis de Jumilhac
(source : dessin personnel)
 "... âgé de soixante deux ans né à Paris, Grand'Croix de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis..."
(source : Arnaud Bunel, via Phaléristique européenne)
"... Commandeur de l'Ordre Royal de la Légion d'honneur..."

(source : Orem, licence CC BY-SA, via Wikimedia Commons)
"... Grand Croix de l'Ordre de Danebrog de Danemarck..."

(source : Wiki Romi, licence CC BY-SA, via Wikimedia Commons)
"...Commandeur de l'Ordre de Saint henri de Saxe..."

(source : Mboro, domaine public, via Wikimedia Commons)
"...Lieutenant Général Commandant de la seixiéme Division Militaire, Epoux de Dame Simplicie Du Plessis-De Richelieu née à Paris (Seine), fils de Monsieur Pierre-Marie De Chapelle Comte de Jumilhac et de Dame ...... Pourcheresse d'Estrabonne. Est décédé hier à Une heure du Matin en la Maison Sise Rue Royale n°

Après lecture les déclarants ont signé avec nous."
Mais ce n'est que le début. Comme je suis curieux de nature, et que je vois qu'il a été décoré de la Légion d'honneur, je vais sur le site des archives nationales où sont conservés leurs dossiers et je tombe sur rien de moins qu'une lettre de notre marquis à l'Impératrice Joséphine :


(source : Archives nationales - LH/483/23 - pp. 3-4)
 "A Sa Majesté L'Impératrice, 
Madame,
Votre majesté a autorisé mon Importunité, en accueillant avec beaucoup de grace, la demande quejel'ai prié d'appuyer auprès de Sa Majesté L'Empereur, et J'ôse profiter du devoir queleGénéral Portugais, qui commandelaCavalerie Portugaise va remplir auprès de Votre Majesté pour lui renouveller les Expressions de ma profonde reconnaissance.
Mes voeux les plus ardents, tendent à m'approcher le pluspossibledevous, Madame, et de Sa Majesté L'Empereur ; il en est plusieurs moyens, et ceux qui me mettront à même d'être plus utile, sont ceux qui me seront les plus agréables.
Ala Reconnaissance des bontés, dont Sa Majesté L'Empereur ma comblé, en me chargeant d'Organiser un Corps, qui pourra je crois lui rendre de grands services, se se mêleleregêt de ne pas servir activement, et de ne pas mériter les distinctions de L'honneur, que j'avais obtenues sur le champ de Bataille, en recevant la première Croix de Saint Louis, donnée à L'armée dont je faisois partie : un Chef de Corps, Se trouve humilié avec raison de ne pas en être décoré, et Si Sa Majesté L'Empereur et vous Madame, avez bien voulu me tenir compte des services quej'ai rendus à mes Anciens Maitres, J'espère que vous voudrez bien aussi l'Engager âme l'accorder. 
Je Supplie votre Majesté, de croire aux Expressions sincères demon attachement àsa personne, et de recevoir avec bonté, les assurances du profond respect. 
aveclequel Jesuis
Madame
de Votre Majesté
Letrès obeissant et très fidel sujet.
A de Jumilhac"
S'en suivent de nombreuses lettres écrites de Moscou et de Leipzig où il s'inquiète beaucoup semble-t-il de ses décorations, demandant de pouvoir porter telle Grand Croix donnée par le Roi des Deux-Siciles. On sent qu'il voit que le vent tourne et qu'il veut se tourner vers l'Empereur. Pourtant, décédé sous la Restauration, il semble également avoir conservé son statut militaire. Aura-t-il réussi à ménager ses deux maîtres ? J'invite en tout cas les férus d'histoire napoléonienne à lire son dossier de légion d'honneur qui est plein d'une correspondance passionnante.