vendredi 18 octobre 2013

Jean FRÉMEAU aurait pu épouser une autre femme

L'histoire des FRÉMEAU et des LABALLERY entre Venesmes et Corquoy, dans le Cher, se croise à de multiples reprises. Tout d'abord, Marc FROMOT (mon ancêtre) épouse en 1816 Marguerite LECLERC, fille de Françoise LABALLERY. C'est la première fois que je croise ce nom de famille typiquement berrichon dans ma généalogie.

La fille de Marc et Marguerite, Marie FORMEAU (le nom est déformé à cause de la prononciation paysanne, mais s'écrit FRÉMEAU avant et après cette génération) épouse en 1840 François LABALLERY.

Ma dernière découverte concerne directement Jean FRÉMEAU, l'arrière-grand-père de mon grand-père.

Liens de parenté entre Jean FRÉMEAU et moi
(source : arbre familial, via Geneanet)
En flânant dans les registres de Corquoy, j'ai en effet découvert cet acte très intéressant.

(source : Archives départementales du Cher - 3E 3099 - p. 112)
Il s'agit bien de mon ancêtre Jean, fils de Marc FROMOT (ici appelé Macque FORMEAU, le pauvre !) et de Marguerite LECLERC. Son père Marc est décédé à 25 ans, ayant eu le temps de laisser trois enfants à sa femme Marguerite. Il n'y a pas eu d'autre gens, l'âge et la profession coïncident, il s'agit donc bel et bien de mon ancêtre. 

Seulement, il y a un hic. Cet acte est une publication de bans en 1841 avec Marguerite LABALLERY (encore une membre de cette famille alliée aux FRÉMEAU). Or, il se trouve qu'en 1842, ce même Jean FRÉMEAU épouse Marie PÉQUIOT. Je cherche donc dans les actes de mariage de 1841 à Venesmes et à Corquoy, mais pas de trace d'un premier mariage (dont il n'y a d'ailleurs pas mention sur l'acte de mariage d'avec Marie PÉQUIOT). 

Je n'ai plus qu'à me rendre à l'évidence, Jean FRÉMEAU et Marguerite LABALLERY ont rompu leurs fiançailles ! Pourquoi ? Dans quelles conditions ? Nous ne saurons jamais ce qui a empêché cette troisième alliance des FRÉMEAU et des LABALLERY. 

Avec Marie PÉQUIOT, qu'il épouse en 1842, Jean sera le père de 5 enfants : 
  • Solange (nom de la sainte patronne du Berry)
  • Gilbert, qui sera vigneron à Venesmes
  • Pierre (mon ancêtre), qui sera boulanger à Châteauneuf-sur-Cher
  • Jean, caporal au 2ème régiment d'infanterie qui meurt à Limoges en 1873
  • Henri, armurier à Issoudun