lundi 7 octobre 2013

Léonard François de BELHADE, guillotiné sous la Révolution

Pays/territoire : Saint-Antoine-Cumond, France
Parmi les familles de mes ancêtres, une qui m'intrigue tout particulièrement est la famille CHAPELLE des marquis de Jumilhac. Fidèle à mon nouveau système, je me suis dit que je pourrais retrouver toute leur descendance afin d'en savoir un peu plus sur eux. Je suis donc passé de la famille CHAPELLE à la famille d'ARLOT de FRUGIE par le mariage de mes ancêtres Madeleine CHAPELLE de JUMILHAC et Jacques ARLOT, seigneur de Frugie. J'utilise comme source une transcription d'un manuscrit conservé à la Bibliothèque Nationale de France reprenant la généalogie de la famille d'Arlot qui a été faite à de nombreuses reprises pour des preuves de noblesses. Le nom Arlot étant assez fréquent en Dordogne, on comprends qu'ils aient dû prouver à de multiples reprises qu'ils n'étaient pas des imposteurs.

Liens de parenté entre Léonard François de BELHADE et
mon arrière-arrière-grand-père Pierre DESVEAUX
(source : Arbre familial, via Geneanet)
Je lis dans le manuscrit : "Anne d'Arlot, Delle de La Linde, épousa François de Belade ou Belhade, chevalier, seigneur du Dezert, et de la Mothe, paroisse de St-Privat". C'est franchement assez succinct et je ne pouvais pas en rester là. En tapant le nom de Belhade avec diverses orthographes ainsi que le nom des seigneuries sur Geneanet, je suis tombé sur de multiples livres qui m'ont permis d'en savoir plus sur cette famille.

Tout d'abord, un petit texte issu de l'Armorial de la noblesse du Périgord ou il ne fait aucun doute que les deux protagonistes sont biens ceux que je recherche : 


(source : Alfred de FROIDEFOND de BOULAZAC, Armorial de la noblesse du Périgord, t. II, Périgueux, Imprimerie de la Dordogne, 1891, pp. 249-250)
J'ai alors un autre type de nom : Belhade Taudias. Je ne trouve rien à ce nom, mais en tapant Léonard de Belhade dans Geneanet, je tombe sur une revue historique qui me donne un renseignement précieux et rarement contenu dans les nobiliaires (bien que parfois, par déduction avec les seigneuries et les périodes, j'arrive à retrouver des actes dans les registres) : 2 décembre 1770 à Cumond. 

Je sais que Cumond, dont mes ancêtres étaient seigneurs, représente la commune de Saint-Antoine-Cumond, en Dordogne. Je file donc sur le site des Archives départementales de la Dordogne et je tombe à la date annoncée sur l'acte de baptême de mon cousin Léonard François de BELHADE

(source : Archives départementales de la Dordogne - 5MI24301_002 - p. 339)
"le deux décembre mil sept cent soixante dix est né au chateau de cumond et à eté baptisé le trois leonard françois de belhade fils legitime à messire françois de belhade seigneur du desert et à anne arlot dame de belhade parrein messire leonard arlot marquis de frugie seigneur de cumond, marreine francoise jaubert dame marquise de frugie, temoins messire léonard arlot marquis de cumond"
Armes des arrières-grands-parents de Léonard François de BELHADE : Jacques d'ARLOT de FRUGIE (chevalier, seigneur de Cumont, de La Linde et de Salleboeuf) et Marie Claire de LADOIRE sur le château de Cumond
(source : Jack ma, licence CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Je retrouve bien tous mes protagonistes. Le parrain et la marraine sont les grands-parents maternels de l'enfant. Le témoin n'est autre que son oncle (le frère de sa mère). J'aime beaucoup retrouver la trace dans les registres d'ancêtres trouvés dans des nobiliaires. Peut-être que l'écriture à la plume et les signatures leurs donnent un côté plus réel que sur des livres imprimés. Toujours est-il que Léonard François n'eut pas une fin heureuse. Dans la revue historique dont je parlais plus haut, j'apprends qu'il meurt à l'âge de 23 ans, guillotiné à Paris alors qu'il faisait partie de la garde constitutionnelle de Louis XVI.

(source : Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, t. LVI, Périgueux, Imprimerie Ribers, 1929, p. 248)
 J'ai bien envie d'aller un jour au cimetière de Picpus, où un autre de mes cousins bien plus célèbre, La Fayette, est enterré. Je me demande si ce pauvre petit seigneur de Dordogne y a encore une tombe. Dans tous les cas, voici un destin qui me fait réaliser la dureté de la Révolution et trouver le premier guillotiné dans ma famille.

Armes de la famille de Belhade
(source : dessin personnel)