mardi 5 novembre 2013

Robert MESLAY, titulaire de la croix de guerre

On peut parfois penser que lorsqu'on fait sa généalogie, il est très difficile de trouver des renseignements sur ceux qui ont vécu au XXème siècle. C'est certes plus difficile, mais grâce à des sites comme Mémoire des hommes pour les morts pour la France ou le merveilleux Gallica qu'on ne présente plus, ont peut parfois tomber sur des bribes de renseignements. 

J'ai récemment demandé à la mairie du 8ème arrondissement de Paris l'acte de mariage des parents de ma troisième grand-mère : Robert Eugène Henri MESLAY et Hélène Zoé Marcelle AYNARD. En tapant le nom de l'époux sur Geneanet, je suis tombé sur ce faire part dans le journal Le Gaulois, rubrique des mondanités.

(source : Le Gaulois, n° 16414, 12 septembre 1922, p. 2)
L'église Saint-Pierre-de-Chaillot se situe dans le 16ème arrondissement de Paris. J'ai eu l'occasion d'y jouer en concert plusieurs fois, mais l'église que nous connaissons aujourd'hui a été reconstruite dans les années 30. Je n'ai pas donc pu voir le véritable lieu de leur mariage. Néanmoins, la mairie du 8ème arrondissement m'a très gentiment envoyé leur acte de mariage civil dans lequel j'apprends de nouvelles choses sur l'époux.

(source : photo personnelle)
"Robert Eugène Henri Meslay, agriculteur, titulaire de la croix de guerre, né à La Croix (Indre et Loire)..."
D'après Wikipédia, la croix de guerre 1914-1918 était décernée pour une "conduite exceptionnelle au cours de la Première Guerre mondiale". Le député Émile Driant est le porte parole du projet de création d'une médaille pour récompenser la valeur militaire des combattants de la grande guerre : 
"Créons un ordre récompensant la valeur militaire, mais en lui donnant un nom bref qui sonne clairement et qui, à lui seul, exclut la faveur de l'ancienneté. On l'appellera la Croix de guerre, ce sera une croix de bronze clair, à quatre branches, surmontée d'une couronne de lauriers et suspendue à un ruban vert uni, le vert de la médaille de 1870-1871, débarrassé des rayures noires qui symbolisaient le deuil de l'autre siècle."
Quand les archives départementales d'Indre-et-Loire mettront en ligne les dossiers militaires, je pourrai peut être savoir quel fait d'arme fit Robert MESLAY pour mériter cette décoration. Pour l'instant, je sais seulement qu'il combattit durant la Grande Guerre, en revint vivant et se maria en 1922.

(source : domaine public, via Wikimedia Commons)