vendredi 2 mai 2014

L'acte de naissance de mon arrière-grand-père

Pays/territoire : Suris, France
Baptiste DESVEAUX
|
Mon grand-père
|
Mon père
|
Moi

Mes recherches sur mes ancêtres charentais avancent à pas de souris, d'autant que les Archives de Charente ne sont mises en ligne que très progressivement et qu'ils vivent dans une région limitrophe de la Haute-Vienne d'où viennent la moitié de leurs ancêtres et dont les archives ne sont pas prêtes d'être mises en ligne (bientôt le dernier département à ne pas le faire ...). 

Mais aujourd'hui, j'ai vu que les registres du petit village de Suris étaient enfin en ligne. C'est là qu'est né mon arrière-grand-père, Baptiste DESVEAUX, au lieu dit Chez Rassat. Mon grand-père m'a parlé de cette ferme où il allait enfant : une magnifique ferme isolée du village et entourée de bois, ce qui faisait que les animaux étaient exceptionnels pour leur bonne santé car isolés des maladies. Apparemment, ils avaient également beaucoup de ruches.

J'ai donc attendu patiemment, mais c'est avec émotion que j'ai pu lire l'acte de naissance de mon arrière-grand-père en 1893.


(source : Archives départementales de la Charente - 3 E 414/12 - p. 2)
L’an mil huit cent quatre-vingt-treize, le vingt-
quatre février, à midi, acte de naissance de 
Baptiste Desveaux, du sexe masculin, nè hier
à six heures du soir, au domicile de ses père
et mère, fils de Pierre Desveaux, cultivateur, 
âgé de quarante-deux ans, et de Louise
Besse, sans état, âgée de trente-neuf ans, mariés, 
domiciliés à chez Rassat, commune de Suris.
Dressé par nous Rivet Bernard, maire, officier
de l’état civil de la Commune de suris
Charente - Sur la présentation de l’enfant
et la déclaration faite par le père. En présence de 
françois Frugier, cordonnier, âgé de cinquante ans, et
Auguste Giraud, marchand de bois, âgé de vingt-trois ans, 
domiciliés à Suris, témoins qui, ainsi que le père, ont signé 
avec nous, lecture faite.
Il se marie à Jumilhac-le-Grand (Dordogne) et meurt au Mans (Sarthe) à l'âge de 81 ans. Il combat durant la Première Guerre Mondiale où il perdra plusieurs doigts à la bataille de Notre-Dame-de-Lorette. Avec son épouse, ils n'auront qu'un enfant : mon grand-père.